Revenir au site

In interview with Marie Lise Labonté

Auteure de Faire l’amour avec amour, éditions Guy Trédaniel.

· Entretiens

« L’intuition nous ouvre à une communion amoureuse de l’âme, du cœur, et du corps.» Marie Lise Labonté

Propos recueillis par Virginie Gomez

1. Il existe parfois une alchimie amoureuse entre des personnes qui se correspondent et s’attirent profondément, instantanément. Est-ce que l’intuition peut-nous aider à comprendre ce qui se joue dans ce type de rencontre?

L’intuition et la connaissance de soi jouent un rôle très important dans une telle rencontre alchimique. Elles nous permettent de discerner la nature de la rencontre : est-ce une puissance d’attraction d’âme, de cœur et sexuelle, ou ai-je été conditionné pour rencontrer ce type de femme ou ce type d’homme, ou bien est-ce que je rencontre l’autre parce que j’ai besoin de guérir une relation avec mes parents, et que l’autre ressemble étrangement, inconsciemment, à l’un de mes parents ? Dans ces deux derniers cas, on n’est plus dans la réelle force alchimique. Lorsque cette dernière est à l’œuvre, quelque chose nous dépasse, et c’est là où l’amour nous initie. La raison, le rationnel, la logique et même les conditionnements s’effacent.

2. L’intuition nous aiderait à ne pas nous tromper sur le sens de la rencontre ?

Et il est alors très important de suivre cette intuition. Mais souvent entre en jeu l’ego, trop conditionné, qui ne permet pas à l’intuition de passer son message dans le corps. Les gens sont alors déchirés, et peuvent aller jusqu’à mettre fin à la relation pour éviter de se rencontrer eux-mêmes dans la rencontre alchimique avec l’autre.

3. Vous dîtes dans votre livre que le corps ne ment pas, mais vous parlez aussi des nombreux blocages qui cuirassent ce corps. Peut-on vraiment se fier à ses ressentis corporels ?

On peut tout à fait se fier à ses ressentis corporels. En même temps va peut-être venir l’expression inconsciente ou instinctive d’une protection. Je sens que mon cœur s’ouvre, puis se referme parce que j’ai peur d’aimer à nouveau par exemple. Le langage est complexe ; on peut rester enfermer dans ses protections, ressentir l’élan et l’arrêter, jusqu’à s’en rendre malade. D’où la nécessité de travailler sur l’ouverture et la souplesse du corps. Il y a une peur à l’encontre de la force de l’amour et de la vie, force qui s’exprime à travers l’intuition et nous pousse à aller là où on ne veut pas aller.

4. Dans quelle mesure l’intuition peut-elle nous aider à dépasser ces peurs ?

Cette intuition, c’est moi qui la porte : est-ce que je fais confiance ? Est-ce que je suis capable de m’abandonner à ma force intuitive ou est-ce que mon premier réflexe est de la nier parce qu’elle me fait peur, parce que mon éducation ne m’a pas appris à lui faire confiance ? Beaucoup de gens se rendent très malades pour à un moment donné s’ouvrir au monde intuitif, car il n’y a plus le choix. Ça a été mon cas.

5. Vous liez la maladie que vous avez traversée à une coupure d’avec votre intuition ?

Totalement. J’avais domestiqué ma force vitale, mon intuition. Je m’étais mise au service de mes parents, de ma culture, de mon éducation. Ça m’a rendue très malade. Quand je me suis permise de tout lâcher pour aller me guérir, je n’avais plus le choix. J’étais à un point extrême dans ma maladie : soit je m’ouvrais à nouveau à faire l’amour à la vie, soit c’était la chaise roulante. Je me suis laissée guider par mon intuition, j’ai tout vendu, je suis arrivée à Paris presque sans argent pour tenter mon processus de guérison. J’avais trouvé la personne qui pouvait m’aider. Mon intuition me disait « vas-y » ; et tous les obstacles sont tombés.

6. L’ouverture à l’intuition passait-elle par une redéfinition totale de votre relation aux hommes et à la sexualité ?

Oui, car je vivais ma sexualité en étant très coupée de mon cœur. Si on en vient à se cocréer une maladie, c’est que le cœur est fermé, qu’il n’y a pas d’amour. Lorsque j’ai trouvé l’outil qui m’a permis de rencontrer mon intuition, ma vie et ma relation avec les hommes ont complètement changé. J’ai commencé à vivre un corps intuitif dans l’amour au lieu de vivre un corps conditionné. Je suis entrée dans faire l’amour avec amour. C’était un voyage amoureux qui commençait, le voyage de mon âme, de mon cœur, et de mon corps.

7. Voulez-vous dire que l’autre devient le voyage ?

Parce que moi en tant que femme je m’ouvre, et que je suis désinhibée, souvent le partenaire répond. Il peut s’ouvrir lui- aussi de plus en plus car cette communion intuitive des corps, de l’âme et du cœur est contagieuse.

Marie Lise Labonté est l’auteure de Faire l’amour avec amour, paru chez Trédaniel.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK