Revenir au site

Le sommeil et le temps ! par Sylvie Verbois

· Ayurveda

Nous dévorons le temps. En perdant le sens du temps, nous omettons notre propre temps. Nous nous agitons en tous sens. Nous fonçons tête baissée sans prendre le temps de parachever, d'achever ce que nous étions en train de faire. Notre esprit saute de chose en chose sans terminer, peaufiner, affiner, sans prendre le temps de laisser mûrir, de laisser grandir. Et notre corps, dans ces temps déréglés, ne parvient pas à se retrouver. Il ne se reconnaît plus car il vit encore dans un autre temps : un temps étendu, étiré, respirant au rythme de la courbure du soleil et de la lune. Ensommeillé, il se transpose dans un temps modifié, dilaté, s'élargissant et s'écoulant différemment. Alors ne soyons pas trop étonnés que notre sommeil se sauve, s'enfuit de nous. Nous lui avons fait perdre le nord…

Mais existe t'il un temps parfait pour nos nuits ? Si certains préconisent impérativement de 7h30 à 8h de sommeil, d'autres penchent vers d'autres durées : "Le sommeil idéal n'est pas pris d'une seule traite … Il faut ponctuer sa journée d'une tranche de sommeil. " (Pierre Fluchaire). Tout un chacun a son idée sur la question, mais le mieux ne serait-il pas tout simplement de s'écouter ?

Ce que nous pouvons affirmer est que dormir est un besoin fondamental, tout être participant au vivant dorment (même les plantes dorment).. Regardons chat, chien, ours, lapin, marmotte et autres hôtes de la nature qui nous montrent un bel exemple d'ensommeillement simple, démontrant que sommeil et vie ne peuvent être désunis.

Les temps du corps

Le corps éprouve les impulsions temporelles et les alternances énergétiques provenant des variations naturelles du temps. Le temps influe considérablement sur nos humeurs et nos états d'âme, affectant le rythme organique tout autant que notre esprit. L'absence de lumière solaire peut déclencher de la mélancolie, une asthénie psychique et physiologique, un sommeil qui se perd ou se dégrade. Une chaleur excessive peut provoquer un épuisement interne, une qualité de sommeil perturbée, ou bien une altération de la circulation sanguine et artérielle. Le corps souffre d'une difficulté à s'adapter rapidement et facilement aux brusques changements climatiques comme à ses écarts parfois extrêmes. Sensible et vulnérable, il ne lui est pas aisé de modifier ses cycles, et ses capacités de résistance comme sa réactivité sont fort différentes selon les êtres. Moins nous tenons compte de l'importance du climat comme du rythme saisonnier, plus il sera difficile de réguler le corps, et notamment de l'harmoniser, c’est-à-dire de le mettre en harmonie à la fois avec les énergies externes et internes ainsi qu'à installer un équilibre durable entre le corps, l'esprit et l'âme.

Pour la philosophie indienne, les mouvements internes du corps sont identifiés au Temps et signent le passage des différents temps animant le Vivant, ceux-ci étant eux-mêmes divisés à l'intérieur du jour et de la nuit. L'univers est une vaste horloge dont les cycles règlent les temps céleste et terrestre ; le corps humain possède cette même horloge biologique et cosmique en miniature mais tout aussi précise : les différents éléments (biologique, psychique, physiologique, énergétique) composant le corps humain s'alternent, s'accroissent ou décroissent selon les moments de la journée. Et c'est la lumière du jour qui nous met à l'heure.

Du lever du soleil (vers 6 h) jusqu'à 10h, les éléments Terre et Eau prédominent, activant l'énergie des reins, des os et des sécrétions internes. Le corps se réveille, l'esprit s'éveille, l'énergie est fraîche et lourde. L'être se dresse, s'étire de la pesanteur nocturne. Il ravive son énergie interne.

Au milieu de la matinée (vers 10h), la Terre et l'Eau cèdent leur place au Feu. De 10h à 14h, l'élément Feu prédomine, ranimant le feu digestif et mobilisant tous les feux internes ainsi que la rate et le pancréas, le foie, les glandes surrénales. Le corps se sent léger, l'esprit s'échauffe et s'active, l'énergie est chaude et agile. L'être ressent le besoin de manger, l'appétit se fait sentir et le mental est affamé, il a soif de découverte, de connaissance, d'échange, de partage.

Dans l'après-midi jusqu'au coucher du soleil (de 14h à 18h), les éléments Eau et Espace prédominent, activant l'énergie des poumons, du cœur et du thymus. Le corps est actif et vif, l'esprit est pénétrant et posé, l'énergie est souple et légère. L'être se détend, relâche les raideurs, tend à avoir besoin de s'étirer, voire de s'allonger.

En fin de journée (de 18h à 22h), les éléments Air et Espace prédominent, réanimant l'énergie de la thyroïde. Le corps se pose, entre dans l'inertie, l'esprit ralentit son activité, tend à la réflexion et au raisonnement, l'énergie est fraîche, atténue son intensité. L'être recherche le calme, un temps de pause, a besoin de s'asseoir et de se relâcher.

En début de nuit (de 22h à 2h du matin), les éléments Feu et Eau prédominent, relançant l'énergie de la sphère hépatique et des sucs gastrique, digestif et biliaire. Le corps digère les nourritures de la journée, l'esprit oscille entre les activités cérébrales et la nécessaire mise au repos, l'énergie s'alourdit et se ralentit. L'être ressent le besoin de réfléchir et de songer, le sommeil tend à le gagner petit à petit.

Durant le cours de la nuit (de 2h à 6h), les éléments Terre et Air prédominent, équilibrent l'énergie des tissus musculaires, de la moelle et du sang (au niveau des cellules). Juste avant le lever du soleil, entre 4h et demi et 6h, l'élément Air accentue sa prédominance, réveillant l'énergie de la sphère intestinale. Le corps commence à sortir de son endormissement, l'esprit se met en mouvement peu à peu, l'énergie est dense et encore nébuleuse. L'être sort du sommeil profond, bouge ou remue, entrant dans la phase de réveil.

Ainsi, tout au long de la journée, les éléments Espace, Air, Feu, Eau, Terre dominent et diminuent tour à tour. Les changements de saisons ainsi que les alternances des périodes de la journée influent sur l'état général de l'être : le corps et l'esprit se trouvent influencés par les variations du temps et les permutations énergétiques. La prise en compte de ces influx temporels aide l'être à demeurer en relation avec l'afflux des énergies provenant de l'environnement extérieur et intérieur.

Sylvie Verbois

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK