Revenir au site

TOUT REPOSE SUR LE SOMMEIL ! L’homme nourrit le projet fou d’éteindre la nuit, par Armanda Dos Santos

· Ayurveda

TOUT REPOSE SUR LE SOMMEIL !

« Le plaisir et le chagrin, le rassasiement et la malnutrition, la force et la perte de force, la libido et la faible virilité sexuelle, un bon intellect et une mauvaise mémoire, le plaisir et le chagrin de vivre pleinement, dépendent, respectivement, du sommeil convenable ou inapproprié d'un individu. »

Shushruta Samhita

Aussi clairement que l’est Acharya Shushruta dans cette citation, le sommeil est pour l’Ayurveda LE pilier fondamental de la santé... et le moins valorisé. Dormir est essentiel: avant même de manger, de s’exercer ou de méditer.
 

Comprenons que les conséquences d'un mauvais sommeil ont un impact délétère crucial sur :

  • Le maintien de la vigilance à l'état de veille (risque de somnolence diurne et de troubles de l'attention). 
  • Le maintien de la température corporelle tout au long des 24 heures.
  • La reconstitution des stocks énergétiques des cellules musculaires et nerveuses.
  • La production d’hormones et en particulier l’hormone de croissance et la mélatonine.
  • La régulation de fonctions telles que la glycémie (perturbation du métabolisme du sucre, favorisant surpoids et risque de diabète).
  • L’élimination des toxines.
  • La stimulation des défenses immunitaires.
  • La régulation de l’humeur et de l’activation du stress.
  • Les mécanismes d’apprentissage et de mémorisation. 

Eh oui, c'est grâce au sommeil et à ses périodes de repos, que nous consolidons notre mémoire et gardons notre cerveau au meilleur de sa forme.

Dormir permet en effet de :

  • Booster son système immunitaire pour se défendre des agressions et petits microbes au quotidien. Mais également de prévenir des maladies potentiellement plus graves :  cardiovasculaires d’une part en permettant au cœur de ralentir et donc des'économiser ; neurologiques d’autre part, en permettant au cerveau de se nettoyer des déchets cellulaires, dont l’accumulation favorise les pathologies neurodégénératives.
  • Diminue le mauvais stress et ses effets néfastes sur l’organisme: quand on manque de sommeil, la production de cortisol, surnommé « l’hormone du stress », augmente et impacte donc le bien-être général.
  • Aider à combattre les troubles de l’humeur, dépression en tête: forcément, épuisé, on a tendance à ruminer et à se laisser submerger par la moindre petite difficulté. Bien reposé, il est plus facile de positiver !
  • Stimuler et consolider les apprentissages : un mauvaise nuit, c’est 30% de capacité d’assimilation d’informations en moins. Très mauvais calcul en période d’examen !
  • Préserver le capital jeunesse, puisque c’est pendant la nuit que les cellules de la peau se régénèrent.
  • Favorise les relations sociales : une bonne nuit nous rend de meilleure humeur, plus ouvert et souriant.

CHIFFRES ET STATISTIQUES… S’IL EN FAUT

Selon les résultats de l'étude de l'INSV / MGEN menée en 2015, confirmés par les centres du sommeil:

  • 16 % des Français déclarent souffrir d'insomnie
  • 17 % de troubles du rythme du sommeil
  • 5 % du syndrome des jambes sans repos 
  • 4% d'apnée du sommeil

Cette étude a également pu soulever que le manque de sommeil ou certains troubles du sommeil semblaient provenir, entre autres, de l’utilisation des nouvelles technologies le soir. L’exposition tardive et prolongée à la lumière des écrans détériore la qualité du sommeil par son effet STIMULANT ET ADDICTIF !

LA POLLUTION LUMINEUSE EST UN FLÉAU POUR LE CERVEAU HUMAIN

Entre un manque de sommeil et un syndrome dépressif, la lumière artificielle a un impact désastreux et irréversible sur notre santé. Elle peut être également responsable de :

  • Dépression
  • Prise de poids
  • Perte de mémoire

Sommeil, humeur, mémoire, capacités d’apprentissage, immunité… La liste des effets biologiques de la lumière pourrait s’allonger bien plus.

Le problème est que cette lumière, qui imite la luminosité du soleil, induit en erreur notre cerveau qui pense qu'il fait jour, même au milieu de la nuit. Cela empêche notre cerveau de libérer la mélatonine, l'hormone qui induit le sommeil, et nous empêche de nous endormir.
 

Sans même que l'on en ait conscience, la lumière est un synchroniseur puissant qui recale en permanence notre horloge interne sur le cycle de 24 heures. Elle peut aussi maintenir en alerte notre cerveau, quoique cela devienne plus difficile lorsqu'on est éveillé depuis plus d'une quinzaine d'heures: la fatigue finit par l'emporter. En deçà, l'effet d'alerte est possible même avec de faibles intensités lumineuses, comme par exemple celle d'une pièce allumée la nuit.

Plus étonnant encore, une étude réalisée en 2005 a montré qu'un éclairage d'un peu plus d'un lux, ce qui correspond à la luminosité émise par une bougie située à un mètre de distance, suffisait à maintenir notre organisme sur le cycle de 24 heures… Pas étonnant dès lors qu'une exposition prolongée à la lumière au cours d'une journée retarde l'endormissement… et qu'à l'inverse l'exposition précoce à la lumière le matin avance le réveil!


LES LUMIÈRES ARTIFICIELLES ALTÈRENT NOTRE HORLOGE BIOLOGIQUE

L'hormone sécrétée quand il fait nuit, la mélatonine, va être la principale victime de la pollution lumineuse. Sa sécrétion s'arrête quand le jour se lève et donc quand le ciel est bleu.

Cette lumière émise par le soleil est aussi diffusée par les lampes à LED et les écrans. C'est ce que l'on appelle la lumière bleue, et qui recrée en quelque sorte l'effet de la lumière du jour.

Aussi, si vous regardez un film ou une série sur votre ordinateur le soir, le cerveau comprend qu'il est temps de se lever, à cause de la lumière bleue: elle envoie un faux signal à la mélatonine. Votre endormissement va donc être retardé! Les adolescents sont encore plus touchés, car leur hormone du sommeil se manifeste de manière très lente lors de la puberté.

LA LUMIÈRE RÉGULE L’HUMEUR

Revenons à la dépression par exemple: elle peut être causée par le fort déséquilibre que subit le système hormonal lors de la privation de sommeil.  Ce même dérèglement peut entraîner des pertes de mémoire et de l'attention.

L'appétit lui aussi va en etre impacté et augmenter considérablement, ce qui provoque chez certains une prise de poids (c'est pour cette raison qu'il y a plus d'obèses chez les gens qui travaillent la nuit que chez ceux qui travaillent le jour).

MAIS L'AMPLEUR DU PROBLÈME EST SANS DOUTE SOUS-ESTIMÉE

En effet, un sondage OpinionWay réalisé pour l'Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) et la MGEN, révèle que 24 % des Français sont exposés à l'éclairage public dans leur chambre. Un chiffre qui atteint même 31 % en ville. Il faut y ajouter les lumières qui persistent parfois dans les chambres.

Une réalité inquiétante puisque 83 % de la population mondiale vit sous un ciel altéré par les différents types d'éclairages publics.

L’homme nourrit le projet fou d’eteindre la nuit… et l’utopie selon laquelle on pourrait vivre dans un monde eclairé, 24h/24, 7j/7.

Les Magasins sont ouverts jour et nuit.

Les devantures ne s’éteignent quasiment jamais.

Les étoiles ont disparu.

Les chaînes de Médias nous informent et nous alertent en continu.

Nos emails et SMS arrivent sans interruption à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

TOUT NOUS POUSSE À RESTER ÉVEILLÉS…GOMMANT DE PLUS EN PLUS LES FRONTIÈRES ENTRE LE JOUR ET LA NUIT, ENTRE TEMPS DE TRAVAIL ET TEMPS DE REPOS.

Et cela correspond à cette obsession néolibérale d’activité sans relâche; à l’abandon de la notion de repos, de récupération, de régénération… que ce soit pour chaque individu, pour les humains, pour la Nature et l’environnement, ou pour la société toute entière.

Homo Sapiens est désormais loin de cette harmonie utopique avec les Plantes, la Lune, le Soleil, le cycle des Saisons… Mais qui peut vraiment croire qu’on puisse réellement se détacher de ces rythmes naturels et biologiques, intrinsèques à notre Espèce, à notre condition?

En dehors de l’être humain aucune créature n’avait jamais souillé son habitat et son enveloppe corporelle avec autant de rapidité... N'est ce pas insensé?

DU COMPORTEMENT PRÉDATEUR ET EXPLOITEUR DE L’HOMME VIS-À-VIS DE LA NATURE

C’est dans le texte de la Genèse que l'historien Lynn White trouve les racines historiques de notre crise écologique et existentielle: la justification ultime du comportement prédateur et exploiteur de l’homme vis-à-vis de la Nature. Le verset 26 de Genèse 1 est pour lui sans ambiguïté :

«Puis Dieu dit : faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. […] Dieu créa l’homme et la femme. […] Et leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.»

Le texte biblique contiendrait donc, selon lui, les composants fondamentaux d’une vision du monde en rupture complète avec le paganisme : alors que dans l’antiquité, chaque arbre, chaque source, chaque colline avait son propre genius loci, son gardien spirituel, le christianisme aurait désacralisé le monde et permis l’exploitation de la Nature... Voir même, de sa propre nature !

LA VRAIE, LA SEULE SUPER-PUISSANCE MONDIALE, C'EST LA NATURE

Quoiqu'il en soit, face à la puissance de la Terre, il conviendrait d'être un peu plus modestes et raisonnables, et comprendre, que l'Homme soit vraiment responsable de l'aggravation des phénomènes climatiques ou non, il n'est rien face à elle. La vraie, la seule super-puissance mondiale, c'est la Nature. Quoi que nous fassions, aussi puissants que nous puissions être, ce sera toujours elle la plus forte.

Tremblements de terre, volcans, tsunamis, ouragans, la Terre sait imposer sa loi d'une manière ultime, laissant les hommes complètement démunis.

Elle sait se régénérer d'une manière magistrale.

Et surtout, elle a vu d'autres espèces, tant d'espèces, et tant de Civilisations, avant nous, la traverser et disparaître. Nous ne sommes que cela, une autre espèce de passage...

Bonne nuit !

Armanda Dos Santos

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK